Underground Legends : Hommage à Mike & George Kuchar

En présence de Mike Kuchar

Au début des années 1960, le cinéma expérimental américain rejette l’esthétique d’Hollywood pour s’orienter vers une expression toute personnelle, transposant des expériences visionnaires et explorant les aspects formels du médium. En réponse à la « hauteur d’esprit » de ce cinéma « personnel », on observe l’émergence d’un cinéma underground parmi les réalisateurs attirés par les films mainstream, et plus particulièrement pour certains, par les plus vulgaires films de science-fiction sans le sou, les mélodrames théâtraux, les comédies musicales au Technicolor chatoyant et les séries B d’action. Prépondérants au sein de ce mouvement naissant, Mike et George Kuchar, frères jumeaux nés dans le Bronx, commencent dès l’adolescence à produire leur propre version d’Hollywood à l’aide d’une caméra amateur 8mm. Les acteurs sont choisis parmi leurs camarades d’écoles, la famille et les voisins. Motivés par de grandes ambitions, ils réalisent des douzaines de micro budgets avec des titres comme I Was a Teenage Rumpot et The Devil’s Cleavage, qui portent les signes distinctifs de ce que la critique Susan Sontag a appelé « camp ». Leurs films explorent les besoins fondamentaux de l’homme, ses peurs, mais aussi la beauté et la force destructive de la nature, toujours dans leur propre style, que Sontag a décrit comme « le parfait mélange de l’outrance, du fantastique, du passionné et du naïf » et qui déclencha la fibre créatrice de John Waters.

Cette rétrospective met en avant les différentes étapes de l’évolution du travail des frères Kuchar, de leurs premières collaborations en 8mm alors qu’ils n’étaient que des enfants dans le Bronx, en passant par leurs débuts en solo sur la scène underground new-yorkaise des années 1960 et jusqu’à leurs travaux plus personnels tournés en vidéo. Travaillant toujours talentueusement et avec des moyens très limités, Mike et George ont développé au cours du demi-siècle dernier un véritable cinéma d’ « art brut » plein de passion personnelle et d’artifices spectaculaires. Ils ont ainsi créé un univers cinématographique alternatif qui réside bien au-delà des étoiles, dans un endroit appelé la « Planète Kuchar ».

Pour leurs conseils inestimables dans l’organisation de ce programme, nos remerciements s’adressent à Andrew Lampert de l’Anthology Film Archives (New York) ; Michelle Silva de Canyon Cinema (San Francisco) ; Abina Manning de la Video Data Bank (Chicago).


Programmes Kuchar

Programmation par Bruce Jenkins
School of the Art Institute of Chicago